Nujabes : Poésie et mélange des genres.

Nujabes : Poésie et mélange des genres.



Nujabes : Poésie et mélanges des genres.



Ce nom vous est familier? De son vrai nom Jun Seba (cherchez l’anagramme, Nujabes n’est rien d’autre que son nom à l’envers), ce prolifique DJ tokyoïte a profondément marqué la scène hip hop avec sa musique, ses deux magasins de disques basés à Shibuya, ses trois maisons de disque, T Records et Guinness Records et le label indépendant axé sur le hip hop Hydeout Productions, qui présentait nombre de légendes locales comme Uyama Hiroto et de talents internationaux comme Emancipator. Il a laissé sa trace et sa patte, si lyrique, poétique et mélodique, dans l’underground au-delà des frontières grâce à des collaborations avec des artistes américains comme Fat Jon et CL Smooth, ainsi que le fascinant rappeur britannique Funky DL. C’est tout simplement l’un des pionniers de la scène «chill hop», qui mélange la musicalité d’influences jazz du vieux monde dont les samples affichent volontairement la trace du temps, des grésillements de tourne disque, des passages de films ou des citations tirées d’animes japonais et une production tout en douceur pour créer des rythmes hip hop apaisants. Ce genre a fait des émules et a donné naissance à des sois-catégories comme le Lo-Fi hip-hop dont la paternité a naturellement été attribuée par les aficionados à ce génie du genre, au grand feu J Dilla (né le même jour que Jun, mort au mois de février, comme lui, et qui n’a reçu les éloges du grand public, comme lui, que de manière posthume, ironie du sort) ou Jinsang. Il a aussi influencé la scène hip-hop moderne empreinte d’une certaine nostalgie, comme Joey Bada$$ où des producteurs comme l’australien Ta-Ku, qui a sorti un projet appelé « 25 Nights For Nujabes ».

Le 26 février 2010, Jun a malheureusement rendu son dernier souffle, suite à un accident de la circulation à la sortie de l'autoroute Shuto à Tokyo. Mais, son héritage vit toujours. Prolifique, il n’a étonnamment sorti que deux albums studio de son vivant, « Metaphorical Music » et « Modal Soul" en 2005. "Spiritual State" est sorti en 2011. Il aussi grandement participé à la bande son de l’anime culte « Samurai Champloo ». Mais il a laissé derrière lui nombre de travaux, dont certains inachevés. La toile fleurit de compilations en hommage à ces merveilles musicales, comme « Luv (sic) Hexalogy », sorti en 2015, et « Modal Soul Classics II », sorti en 2010, que l’on vous recommande d’écouter.

Si le genre vous plaît, il y a matière à creuser. Des chaînes YouTube comme Chillhop Music diffusent même en direct 24h/24 le gratin de ces beats arabesques, inspiré par feu Jun Seba.

Bon chill à tous!



Posté le 10/04/2020 par Thomas ROBERT Musique 0 164

Laisser un commentaireLeave a Reply

Précédent

No products

To be determined Shipping
0,00 € Total

Check out